2012, les desseins des dessins du PCF

Publié le par pcfuzege

ft-de-gaucheLancement d’une série de vidéos ludiques pour la campagne du Front de gauche.

Une idée simple : mettre en image le programme l’Humain d’abord, porté par le Front de gauche, « en partant du principe qu’un dessin clair vaut mieux qu’un long discours ». En réalité, une réalisation soignée où, par plusieurs dessins animés, on apprend de manière didactique, en quelques minutes, quelques contre-vérités. Un film de six minutes sur la crise financière. Exemple : « Depuis trente ans, 10 % de la richesse produite est passée des poches des travailleurs à celles des actionnaires. » Le film entend « dissiper les écrans de fumée qui masquent les causes réelles de cette crise » et revient ainsi sur des épisodes oubliés, comme l’obligation faite aux États depuis Maastricht de passer par les banques. À coups de chiffres clés, comme ces 
1 200 milliards d’intérêts versés aux banques depuis 1974, date où la France a cessé d’emprunter à sa banque centrale, mis en regard des 1 640 milliards de dette agités sous notre nez, il s’agit de donner une cohérence dans un flot d’informations. Il s’agit aussi de dérouler en mots simples les propositions du Front de gauche.

La série comporte déjà trois épisodes, l’un intitulé Front uni contre la vie chère, un autre décrypte la crise financière, le troisième enfin définit le Front de gauche en deux minutes chrono. Face aux requins du capitalisme, ceux qui prétendent qu’il faut s’en accommoder (un Sarkozy en Tarzan surgit alors) ou qu’on peut le domestiquer (en l’amadouant avec une rose dont il ne fait qu’une bouchée), le Front de gauche oppose la stratégie du nombre (« Isolés nous sommes impuissants, ensemble nous pouvons faire front ») et alors les petits poissons, unis, mettent en pièce les requins. Une fable ? Non, si une « gauche du courage plutôt que du renoncement » porte le smic à 
1 700 euros, revient sur la retraite à soixante ans,

Pour voir les videos  : 

  http://2012.pcf.fr/dessin

Publié dans Enjeux politiques

Commenter cet article