LE CIRCUIT COURT DANS L'ALIMENTATION

Publié le par pcfuzege

 circuit court copie

 
Face aux difficultés rencontrées dans le monde agricole, un certain nombre de paysans essaient d'échapper au piège de la grande distribution qui casse leurs revenus, par un système de vente différent : le circuit court.

Pour le paysan qui ne peut pas ou ne souhaite pas être un grand producteur, industriel de l'agriculture (type céréalier ou grand éleveur de porcs) dont la production est gourmande non seulement en subventions, mais aussi en énergie, en engrais et en eau, la vente en  circuit court est une alternative plus valorisante, plus humaine et plus respectueuse de l'environnement.amap copie-copie-2

L'organisation en circuit court peut se traduire par une vente directe à la ferme, un marché de producteurs (tels que ceux d'Uzès ou de St Quentin-la-Poterie), une AMAP ou même un restaurant proposant des repas conçus à partir de produits locaux… Mais ce n'est pas le rayon "bio" d'un supermarché !

 

Il s'agit alors pour le paysan de produire, de récolter et/ou transformer, puis de vendre lui-même ses produits.

Chacun y trouve des avantages.

 

Le client se voit proposer des produits de qualité : des légumes frais, une viande qui a du goût, des fruits mûrs, un vin naturel, un miel de caractère… Les prix peuvent sembler un peu plus élevés qu'en grande surface, mais la valeur du produit est tellement différente (impact sur la santé, sur les travailleurs, sur l'environnement…).Un monde juste assurerait à chacun un pouvoir d'achat lui permettant de faire ce choix.

Pour sa part, le producteur trouve un débouché de proximité, il choisit ses méthodes de production et garde la liberté de fixer ses prix lui-même.

La rencontre client-producteur permet de tisser des liens. Le paysan a une réelle responsabilité face à ce consommateur qu'il connaît et avec lequel il a un retour direct.

Autres avantages pour la communauté, ce système de distribution évite de longs transports coûteux en énergie et polluants. On constate souvent aussi que ces producteurs ont une démarche plus humaine qui les pousse à gérer leurs exploitations en respectant l'environnement et la santé de ceux qui y travaillent (moins de produits toxiques…), ce qui ne les empêche pas pour autant d'utiliser des techniques modernes ou innovantes.

Pour favoriser ce système qui encourage l'économie locale en maintenant des emplois de proximité tout en respectant l'environnement, il est bien sûr indispensable de préserver des terres agricoles près des zones urbanisées, mais aussi partout dans les zones rurales telles que l'Uzège où les terrains doivent garder leur fonction paysanne.

 

Martine Dugied


Site national des AMAP : http://reseau-amap.org 




 

 

Publié dans Agriculture

Commenter cet article