Le directeur du Républicain ne fait pas de politique !

Publié le par pcfuzege

À l’invitation de la direction du Républicain d’Uzès  et du Gard, je me suis rendu au repas annuel qui réunit chaque année de nombreux  élus des cantons d’Uzès, de Saint-Chaptes, de Lussan  et de Remoulins.

C’est Monsieur  Riccobono, le directeur, qui nous reçoit. Accueil chaleureux, entrée  en matière orientée sur la profession. Monsieur  Riccobono nous donne des informations sur l’hebdomadaire qu’il dirige. Puis son propos s’élargit.  Tout en  précisant qu’il ne fait  évidemment pas de politique, il  aborde un sujet abondamment traité dans les médias en ces temps de crise et toujours présenté sous le même angle : le coût du travail serait excessif en France et pénaliserait nos entreprises.

Regardons  de plus près les charges qui pèsent sur nos entreprises.

Les  charges sociales  qui permettent de financer les retraites et la santé  représentent un montant de 158 milliards  d’euros.  C’est une part des richesses que les salariés ont contribué à produire. Elle est versée en leur nom. On ne leur en fait pas cadeau.

Dans le même temps, les charges financières qui couvrent la rémunération des actionnaires et les frais bancaires (hors investissements) s’élèvent à 299 milliards,  soit pratiquement le double  des fameuses charges sociales.

On voit par là  que c’est le coût du capital qui est excessif, davantage que la protection sociale. C’est donc sur lui qu’il faut d’abord économiser pour rendre plus compétitives nos entreprises.

En omettant de parler du coût du capital, M Riccobono  fait un choix politique. À l’instar d’autres  médias, il plaide  discrètement en faveur de ce libéralisme qui privilégie les intérêts d’un petit nombre au détriment d’une partie de plus en plus importante de femmes et d’hommes de ce pays.

B Rieu

Maire de Vallabrix

Publié dans Nouvelles locales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article