Mélenchon: "Nous allons faire de cette élection une insurrection civique"

Publié le par pcfuzege

huma190312.jpgDevant des dizaines de milliers de partisans, ce dimanche, place de la Bastille, le candidat du Front de Gauche Jean-Luc Mélenchon a promis de faire de l'élection présidentielle le point de départ d'une "insurrection civique", déplorant une "France défigurée par les inégalités".

"Génie de la Bastille qui culmine sur cette place, nous voici de retour, le peuple des révolutions et des rébellions en France. Nous sommes le drapeau rouge!" a clamé Jean-Luc Mélenchon, au terme de sa grande journée pour la VIe République, marquée par une longue marche festive dans Paris avec 120.000 participants. "Nous allons faire de cette élection une insurrection civique", a poursuivi le candidat FG, toujours à la hausse dans les sondages.

"Ouvrir une brèche qu'attend toute l'Europe"

Pour le candidat du Front de gauche, le 22 avril (date du 1er tour) marquerait le début de "la révolution citoyenne qu'il est nécessaire d'accomplir pour changer en profondeur la vie du peuple (...) et ouvrir la brèche qu'attend toute l'Europe de son volcan français. Nous sommes venus au bon endroit, à la bonne date."

Replaçant son propos dans le contexte de la crise à l'échelle européenne et s'adressant "au peuple grec, aux Espagnols, aux Portugais, aux Italiens, à tous ceux qui ont pour l'instant sur leur tête le poids de l'oppression", le porteur du programme partagé a clamé: "La souveraineté du peuple, telle est la grande question qui va dorénavant occuper toute l'Europe... Il nous faut aujourd'hui, dans cette France défigurée par les inégalités (...), tourner la page une nouvelle fois de l'Ancien Régime (...) pour refonder la République, de refonder la France elle-même".

"Constituante et Citoyenneté en entreprise"

A ce titre, il a appelé à la formation d'une "Constituante", qui devra être "strictement paritaire" pour poser les fondations de cette VIe République. Jean-Luc Mélenchon a aussi prôné "l'établissement de la citoyenneté en entreprise", avant de promettre l'extension "à toutes les terres françaises" de la loi de 1905 sur la laïcité et le "droit de décider de sa propre fin et d'être assisté quand on le décide".

Avant que ne retentissent L'Internationale et La Marseillaise, il a conclu son discours en lançant "Vive la sociale!", slogan contestataire qui a aussi été le titre d'un film de Gérard Mordillat de 1983.

Publié dans Parus dans l'Huma

Commenter cet article