Quand DSK plaide pour renforcer l'Europe libérale

Publié le par pcfuzege

A Francfort, Dominique Strauss-Kahn a proposé de transférer la responsabilité budgétaire des États de la Commission européenne.

 

On se souvient de Dominique Strauss-Kahn invité de France Inter, le 15 novembre dernier, affirmant qu'il est bien de gauche. Ses déclarations devant le congrès bancaire européen à Francfort, où il était invité en tant que directeur général du FMI, le 19 novembre dernier, ont fait beaucoup moins de bruit. Ceux-ci sont pourtant très instructifs sur les réformes concrètes pour lesquelles plaide DSK... et très inquiétants aussi.

Le discours, consultable en anglais sur le site FMI (1), avait pour thème "Les défis de la croissance en Europe". Un sujet sur mesure pour le possible présidentiable français qu'il est. Or à quel obstacle impute-t-il l'atonie économique européenne ? Au fait que "les citoyens ne donnent pas tout leur potentiel. Dans une certaine mesure, c'est la conséquence du choix social fait en conscience en faveur de la réduction du nombre d'heures de travail". Un dirigeant socialiste qui montre du doigt la RTT votée par la gauche : première surprise... DSK poursuit à propos des réformes à mettre en oeuvre en Europe en plaidant pour un renforcement du "centre" des décisions, comprendre : la Commission européenne, coeur non élu de l'actuelle UE. "Le centre doit prendre l'initiative dans tous les domaines essentiels." Les États doivent "céder davantage de pouvoir au centre". DSK plaide ainsi pour la "création d'une autorité financière centralisée", dotée d'une "indépendance politique comparable à celle de la BCE", qui "fixerait l'orientation budgétaire" de chaque États en fonction des objectifs de "stabilité (des prix-NDLR) et de croissance" (ceux de l'actuel pacte de stabilité). DSK propose dans un premier temps de tenir "loin du Conseil" [sic] des gouvernements la "responsabilité du maintien de la discipline budgétaire et des réformes structurelles essentielles", en la transférant à la Commission européenne. 

Sébastien Crépel

(1) http://imf.org/external/np/speeches/2010/111910.htm

 extrait de "L'humanité" du samedi 11 décembre 2010

 

Comment pourrait-on imaginer que cet homme-là nous aide à mettre en place la société juste que nous défendons ! 

Publié dans Enjeux politiques

Commenter cet article